Vote Budget 2023 de la ville de Dakar à moins de 13 jours : Alioune Ndoye soutient que ce budget ne porte aucune ambition pour le développement socioéconomique de la ville

Alioune Ndoye 696x522 1

Le maire de Dakar–Plateau, Alioune Ndoye, démonte le budget 2023 de la mairie de Dakar qui s’élève à 59,7 milliards de francs CFA. M. Ndoye soulève des irrégularités notées lors de son vote qui, selon lui, « mettent en doute la sincérité de ce budget » voté « sans le respect du délai minimal d’un mois pour le débat d’orientations budgétaires, juste treize (13) jours après l’ouverture de la session ». Membre du Conseil municipal dakarois, il est d’avis que « ce budget ne porte aucune ambition pour le développement socioéconomique de la ville».

 

« A l’analyse, ce budget ne porte aucune ambition pour le développement socioéconomique de la ville, ne réservant que 31% à l’investissement (et lequel !), pour destiner 69% des 59,7 milliards à du fonctionnement fait de gabegie pour le seul confort du maire et de sa clientèle proche », a pesté M. Ndoye.

Sur la sincérité des recettes, a-t-il  ajouté, «  il reste hasardeux de proposer une telle augmentation des impôts locaux qui représentent 79% des recettes propres de la ville, en extrapolant sur l’augmentation projetée par le gouvernement du PIB, sans aucune étude et analyse des secteurs de l’économie porteurs de cette création de richesses au niveau national ».

Absent lors du vote du budget, car n’ayant pas reçu « une convocation régulière », Aliou Ndoye pose une liste de questions au maire Barthélémy Dias. « Nous aimerions dans cette logique connaitre vos critères de détermination d’une TOM de 4,5 milliards. Quels sont les équipements marchands exploités par la ville pour prévoir des recettes de 1,780 milliard après les modifications intervenues avec l’acte3 qui confèrent aux communes l’exploitation de ce type d’infrastructures ? Que recouvrent les deux (2) milliards de participation des communes ? Ces dernières ont-elles voté ces participations dans leurs budgets 2023 ? Pourquoi les recettes d’une infrastructure aussi importante que la piscine olympique sont logées dans la rubrique des recettes éventuelles et imprévues et pour un si faible montant de 102 millions ? »

Poursuivant son questionnement, il d’ajouter : « Quel est l’investissement concerné par le prêt BOAD ? Et quel est son montant global en nous faisant tenir copie de la convention de prêt qui nous lie à cette banque, ainsi que les documents portant sur l’investissement financé ? »

Toujours dans la lettre, M. Ndoye considère que « ces rubriques budgétaires abusivement dotées serviront à des manipulations peu orthodoxes des fonds des dakarois ».

Toutefois, M. Ndoye espère que : «  les 500 millions prévus pour des denrées alimentaires feront l’objet d’un traitement conforme aux règles du code des marchés publics ! Il en est de même pour les 2,112 milliards prévus pour des bourses, les 200 millions pour les lieux de culte, les 500 millions pour les ASC. Vous voudrez bien nous rassurer aussi quant à la destination des 500 millions prévus en participations diverses dans le service 451 ».

 

→ A LIRE AUSSI : Rapport Cour des comptes : TAS convaincu qu’il n’y aura aucune suite judiciaire

→ A LIRE AUSSI : Déchets électroniques dangereux : Un trafic vers l’Afrique de l’ouest démantelé

→ A LIRE AUSSI : Exploitation du Pétrole et du Gaz : Macky Sall annonce la tenue d’un conseil