Saccage des représentations diplomatiques : Des Sénégalais de l’extérieur risquent le rapatriement

Saccage Consulat du Senegal a New York

Les attaques contre des représentations diplomatiques sénégalaises à l’étranger se  perpétuent. Après Milan et Londres, la représentation sénégalaise à Genève a également subi la colère des manifestants. Une enquête a d’ailleurs été ouverte par les autorités suisses. 

Cependant, les auteurs de ces actes s’exposent à des sanctions qui peuvent aller jusqu’au rapatriement. Une situation regrettable pour  Souleymane Aliou Diallo, président de l’ONG Otra Africa, qui craint le pire.

« Les actes de vandalisme ont repris  à Milan et à Londres. Donc, si l’État du Sénégal se plaint  au niveau de ces nations, cela peut être source de poursuites judiciaires. Les auteurs de ces actes peuvent être présentés devant un juge. Même si dans certains pays, ces saccages sont considérés comme  un simple délit et peut être assorti d’une amende, dans d’autres nations, c’est un crime qui peut faire l’objet d’emprisonnement ferme. Les Sénégalais  qui ont la  nationalité seront jugés selon la loi du pays hôte et les autres peuvent faire l’objet d’extradition et ramener au Sénégal », renseigne Souleymane Aliou Diallo sur RFM.

« Manifester est un droit. Néanmoins, commettre des actes de barbarie, ce n’est pas normal et le mal risque de se retourner contre nous », déclare le président d’Horizons sans Frontières Boubacar Sèye.

« Pour faire des papiers, rapatrier les corps, il faudra s’adresser aux consulats. Maintenant, si on les saccage, le mal risque de se retourner contre les Sénégalais de l’extérieur. Pire,  cela va mettre à l’eau les perspectives de solutions que  nous avons  proposées à l’État du Sénégal pour une nouvelle cartographie de sa diplomatie avec de nouvelles juridictions.  Car, explique Boubacar Sèye, « si on se permet de vandaliser les représentations diplomatiques sénégalaises, cela  risque de ne pas encourager l’État à répondre à nos préoccupations. Et les Sénégalais non naturalisés (sans papiers) seront renvoyés, malheureusement », déclare-t-il dans la source.

→ A LIRE AUSSI : Niger : la junte aurait menacé de « tuer » Bazoum en cas d’intervention armée

→ A LIRE AUSSI : Crise au Niger : La CEDEAO a tablé sur une opération militaire dans les meilleurs délais

→ A LIRE AUSSI : Blocage lié à la candidature à Benno – En vue de décanter la situation : 3 plénipotentiaires sont pressentis !

pub