Contribution : « L’État du SÉNÉGAL pressé de juger SONKO, a peur d’être jugé lui-même », Me Ciré Clédor LY !

MeCire

Au moment où la Cour de Justice de la CEDEAO (Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest) se penche sur les recours introduits par les avocats d’Ousmane SONKO, Me Ciré Clédor LY – doyen du pool constitué pour assurer la Défense d’Ousmane SONKO – a, au nom de tous ses confrères de ladite équipe, apporté une contribution pour fustiger l’attitude de l’État du SÉNÉGAL.

 

Voici la contribution apportée par Me Ciré Clédor LY ! 

L’État du SÉNÉGAL est devenu méconnaissable avec l’emploi de procédés déloyaux et de pratiques inquiétantes qui présagent d’un futur État dictatorial, policier et sanguinaire. Après l’arrestation arbitraire du leadeur de Pastef, des comportements jamais soupçonnés dans la gouvernance se sont révélés pour l’éviction d’un adversaire politique, au détriment de la démocratie et de l’État de droit comme option irréversible du Peuple sénégalais.

D’abord, l’État du SÉNÉGAL refuse de garantir les libertés individuelles et publiques, ainsi que les droits démocratiques au Peuple sénégalais, en refusant systématiquement les rassemblements pacifiques, les marches pacifiques, réprimant à toute occasion ceux qui usent de leur droit de critique sur la gouvernance politique ou économique, expriment leurs pensées ou leurs opinions s’ils ne sont pas catalogués inféodés, partisans ou sympathisants du Parti politique au pouvoir.

Le port du bracelet Pastef porterait bonheur et renforcerait la foi et la détermination, aux dires de ceux qui en ont porté et que j’ai eu à rencontrer dans les caves des Tribunaux, attendant leur tour d’être placés sous mandats de Dépôt, sans s’interroger sur la nature du crime reproché, sachant qu’il n’ont commis aucune infraction.

Ensuite, l’État discrédite lui-même les Institutions en jetant la suspicion sur les juges dans ses écrits et refusant d’exécuter une décision de Justice au su de la Communauté nationale et internationale.

L’État reste sourd et impitoyable, décidé à fausser le suffrage universel et la volonté populaire, en emprisonnant le personnage le plus populaire, que les sondages politiques donnent victorieux aux prochaines élections présidentielles, malgré l’inopportunité de la mesure et l’état de santé de la personne qui fut très alarmant, même s’il s’est amélioré grâce aux interventions intenses des médecins.

Les arrestations et persécutions des cadres du Pastef se poursuivent dans le dessein toujours d’entraver la candidature de Ousmane SONKO et toute personne qui pourrait être porteuse de son projet politique panafricaniste, ainsi que de son programme national.

L’arrestation d’Amadou BÂ depuis le Samedi 28 Octobre, nuitamment sans qu’il lui soit notifié les motifs de son interpellation, avait un double objectif :

– l’empêcher de se rendre à Abuja pour déposer à la Cour le dossier opposant Ousmane SONKO et le Pastef à l’État du SÉNÉGAL et dont l’audience était programmée pour le 31 Octobre à 10heures. La personne qui avait pris la suite, employé de mon Cabinet, a été empêchée de prendre l’avion pour Abuja et les dossiers qui étaient déjà embarqués dans l’appareil, débarqués. Mais au grand dam de l’État, les services de renseignement de l’État ont été dribblés et le dossier a été reçu et enregistré au Greffe de la Cour de la CEDEAO qui a accusé réception au Cabinet.

– Le second objectif visé par l’arrestation d’Amadou BÂ est de faire obstacle à la candidature du prisonnier politique Bassirou Diomaye FAYE dont il est le mandataire (Diomaye est le second d’Ousmane SONKO dans le Parti Pastef).

Amadou BÂ est en retour de Parquet, un régime de détention arbitraire que ne justifie aucune disposition légale et le mandat de Dépôt ainsi qu’un emprisonnement jusqu’après les élections de 2024 au plus tôt, serait de la politique de persécution et de répression politico-judiciaire de L’État du SÉNÉGAL.

L’État du SÉNÉGAL a franchi le Rubicon en produisant dans le dossier de la CEDEAO une Vidéo montée à partir des diffusions de <> qui est son monstre médiatique et il est désemparé lorsqu’il a su que les Patriotes ont rétabli et produit auprès de la Cour les originaux des vidéos qui faisaient partie du dossier qu’Amadou BÂ devait amener à Abuja.

C’est pour cette raison que l’État joue la carte du dilatoire en demandant le report de l’audience, pour arriver à une date qui ne permettrait à Ousmane SONKO et au Pastef de participer aux élections, ce qui est triste et dégradant pour un État.

L’État du SÉNÉGAL toujours pressé de juger Ousmane SONKO, a peur d’être jugé lui-même.

Qu’en sera-t-il lorsque des artisans responsables du délabrement de l’État de droit et du système démocratique seront placés en garde-à-vue, sous mandats de dépôt et comparaîtront à la barre pour répondre de leurs crimes ?

 

Me Ciré Clédor LY,

Avocat et membre du Collectif de la Défense d’Ousmane SONKO.

→ A LIRE AUSSI : Revue de presse : Les dossiers de SONKO à la Cour de Justice de la CEDEAO passés au peigne fin sur les Unes matinales !

→ A LIRE AUSSI : Recours de Sonko à la Cedeao : La demande de report « in extremis » de l’Etat du Sénégal

→ A LIRE AUSSI : Urgent – Pour diffusion du rapport médical de SONKO : Amadou BÂ est déféré au Parquet du Procureur !

pub