Siège permanent de l’Afrique au G20, relations entre les Etats Unis et l’Afrique(…) Macky Sall sans masque

macky sall 1

« Il doit y avoir plus de place pour l’Afrique », déclare le chef de l’Union africaine. Le Président du Sénégal Macky Sall, président du bloc, a déclaré dans une interview, avec New York Times avant le sommet Etats-Unis-Afrique qu’il était temps pour le continent d’avoir plus de sièges dans les institutions mondiales. En effet, depuis qu’il a pris la tête de l’Union africaine, Macky Sall fait valoir que l’Afrique n’a pas l’influence qu’elle mérite dans les affaires mondiales.
Entretien…

Parlez-nous de votre vision d’un nouvel ordre international, dans lequel l’Afrique ne serait plus mise à l’écart.

C’est un vaste continent, avec 1,4 milliard d’habitants et un PIB de 2,7 billions de dollars. Mais l’Afrique est encore à la périphérie. Quand nous décidons du destin du monde, il doit y avoir plus de place pour l’Afrique. Au G20. Au Conseil de sécurité des Nations Unies. Nous devons consolider la relation entre l’Afrique et le reste du monde, en particulier avec les pays développés. Les pays développés et en développement doivent communiquer davantage. C’est mon combat. Nous devons faire partie des solutions et pas seulement un sujet, un sujet de discussion.

Le G20 est-il prêt à donner un siège à l’Union africaine? L’ONU est-elle prête à donner à l’Afrique un siège permanent au Conseil de sécurité ?

Pour le G20, je pense que c’est sur la bonne voie. Déjà, nous avons un soutien important. La France, la Chine, la Russie et l’Arabie saoudite ont déjà apporté leur soutien. Pour le Conseil de sécurité des Nations unies, le débat est plus difficile. En Afrique, nous sommes 54 pays. Nous voulons deux sièges permanents avec droit de veto. C’est notre position.

Le système actuel a été défini en 1946. Il est temps de se pencher sur la configuration globale actuelle. Le monde d’aujourd’hui ne peut pas continuer à fonctionner comme en 1946. La quasi-totalité du continent africain, à l’exception de l’Ethiopie, était alors sous colonisation. Nous n’avions aucune liberté. Nous demandons une gouvernance inclusive. Sinon. Le système ne sera plus crédible. Mais ceux qui doivent l’accepter sont d’abord les membres permanents qui ont le privilège du droit de veto. C’est difficile. Mais la représentation doit être améliorée.

Monsieur le Président, comment pensez-vous que cela pourrait fonctionner? Est-ce qu’un siège permanent au Conseil de sécurité..

Deux places !

 

Deux sièges. Seraient-ils donnés au Nigeria, par exemple, en tant que plus grand pays d’Afrique ?

Nous n’en sommes pas encore là. C’est à l’Afrique, une fois qu’elle aura ses sièges, de définir les modalités de représentation. Il existe plusieurs hypothèses. Cela n’a aucun sens de les donner à un pays en particulier. Nous avons alors combattu pour rien, car le pays se représenterait, et non l’Afrique. Entre Africains, on pourra voir quel est le meilleur mode de représentation qui permette de défendre les intérêts du continent. D’abord, nous aurons les sièges, puis nous discuterons de la façon de les occuper. Je crois qu’après vos remarques à l’ONU, le président Biden a déclaré qu’il soutenait notre appel à un siège au Conseil de sécurité – je pense qu’il a dit un, pas deux. Il peut dire un siège. Je dis deux places. C’est une négociation. [Rires]

 

Comment pensez-vous que le président et son gouvernement peuvent soutenir au mieux l’Afrique dans sa lutte pour dépasser les marges ?

Je pense que le président a ce désir de travailler avec l’Afrique. C’est clair. Une fois, il m’a dit que s’il est président, c’est en grande partie grâce au vote afro-américain. C’est quelque chose qu’il a dans le cœur. Mais nous avons besoin de choses plus concrètes, et les Etats-Unis, en tant que pays le plus puissant du monde, peuvent stimuler cela, s’il y a la volonté politique.

Il faut qu’ils acceptent d’investir un peu plus sur le continent. Pas d’aides, mais d’investissements. Nous ne demandons pas d’aumônes. Ce que nous demandons, c’est de pouvoir accéder aux marchés, et qu’il n’y ait pas trop de tensions qui se traduisent par une hausse des prix du blé, des engrais, comme nous l’avons vécu cette année. Cela a obligé nos Etats à subventionner, alors que nous souffrons déjà beaucoup du Covid et de la guerre en Ukraine.

 

A quoi ressemblerait le succès du sommet de Washington ?

Le succès serait pour les États-Unis et l’Afrique de travailler sur un programme concret pour offrir la sécurité alimentaire, aider l’Afrique à être autosuffisante grâce à des fonds d’investissement public-privé, à aider à moderniser l’agriculture en Afrique et développer les infrastructures : énergie, routes, chemins de fer et irrigation. Certes, il nous faudra un peu d’argent, mais il faut d’abord avoir la volonté de travailler avec les Africains.

 

Que peuvent offrir les États-Unis à l’Afrique que d’autres partenaires – comme la Chine, la Russie ou la Turquie – ne peuvent pas, et vice versa ?

Ce que, par exemple, la Chine fait que l’Occident ne fait pas en Afrique, c’est – c’est l’un des rares pays qui financent les infrastructures de base. Routes, chemins de fer, grandes infrastructures. Les autres pays [occidentaux] l’ont fait pendant longtemps, mais il y a 30 ans, ils ont arrêté, et maintenant l’accent est mis sur le financement des logiciels, la gouvernance, la défense, le genre. L’éducation et la santé aussi. Financer les vaccins, la santé et l’éducation est une excellente chose. Mais en même temps, l’Afrique a besoin de routes, de voies ferrées d’énergie.

En ce qui concerne l’Ukraine, pensez-vous que les puissances mondiales demandent aux pays africains de choisir leur camp ? Et vous avez vous même parlé à Vladimir Poutine; comment pensez-vous que cette guerre pourrait se terminer?

Cette guerre doit cesser. Pour nous Africains, c’est le plus important, ne pas nous aligner derrière la Russie ou l’Ukraine – même si nous avons dit que les frontières des pays doivent être respectées. Avec le président Zelensky [la semaine dernière]. J’ai longuement parlé de [l’initiative] Céréales d’Ukraine. Nous lui avons dit: « C’est une bonne chose ». Nous continuerons à travailler avec vous. Mais parlez, acceptez le cessez-le-feu, travaillez pour la paix.

Au final, dire que la Russie est coupable ne résout pas le problème. Au-delà de nommer un coupable. La guerre doit être arrêtée. Tout le monde souffre aujourd’hui. On voit toutes les conséquences de cette guerre sur le niveau de vie, sur le prix des hydrocarbures, du pétrole, de la nourriture. Alors arrêtez.

On vous reproche de ne pas avoir confirmé que vous ne vous présenteriez plus comme candidat à la présidence en 2024. Entendez-vous ces critiques ?

Il est normal que je sois critiqué dans mon action politique, pas seulement dans mon travail de Président. Il est clair qu’aujourd’hui il n’y a pas de débat juridique [pour savoir s’il peut ou non se représenter]. Maintenant, que je sois candidat ou non, c’est ma décision.

As-tu décidé?

Quand je me déciderai, je le ferai savoir au peuple sénégalais.

→ A LIRE AUSSI : Troisième mandat : Macky Sall reste dans sa logique

→ A LIRE AUSSI : « Macky Sall sera bel et bien candidat en 2024 », Cheikh Seck

→ A LIRE AUSSI : Arrestation des députés du Pur: Dethiè Fall livre « les véritables raisons »