Analyse : De 93.000 vues à 93 manifestants: l’Etat est réel, Ousmane est virtuel !

sonkotrite

De 93.000 vues à 93 manifestants: l’Etat est réel, Ousmane est virtuel !

Echec total ou abandon tacite du leader de Pastef ? La question vaut son pesant d’or au regard du déroulement pusillanime des manifestations de YAW initiées par Ousmane SONKO.

En effet, même les moins avertis savent que les «  vues » sur les réseaux sociaux ne sont pas des baromètres fiables de mesures de poids électoral ou d’influence sur les populations.

Pour preuve, un discours d’un tour d’horloge sur fond de propagandes, en vue de galvaniser les foules n’a accouché que de manifestations sporadiques qui ont lamentablement échoué.

Premier jour : les jeunes qui commentaient, visualisaient,  partageaient le live du leader de Pastef sont pourtant restés  chez eux.  Le téléphone à la main , leur réaction n’a été que virtuelle, malgré leurs  cris de guerre qui ont fini de se muer en une rengaine soporifique .

Conclusion :

Ousmane SONKO est devenu une réalité virtuelle, mais non physique. La réalité, c’est la capacité à agir de l’Etat devant un opposant qui a raté l’occasion d’être grand depuis 2017.

Le nombre de journalistes était plus important que le nombre de manifestants. On parlait hier de 93.000 manifestants virtuels ? Ils sont aujourd’hui 93 devant une université de 93.000 étudiants. Plus de 93.000 « visualisateurs » des lives de Sonko.

Mais, le Jour J, les rues étaient récupérées par les forces de l’ordre. Zéro désordre ! Les leaders qui ont eu à sortir de leur torpeur se sont fait gazés manu militari sans grands efforts par les forces de l’ordre. Ousmane a perdu, l’État a gagné… Attendons la deuxième manche demain!

Sonko n’aime pas le virtuel, en réalité, il est virtualisé. Il est obligé de tout réaliser derrière son écran, tel un Youtubeur qui cherche avec opiniâtreté à percer. C’est la force de l’Etat qui l’y oblige. Il n’a pas le choix.

pub

A présent, il compte les “j’aime” et calcule le nombre de vues. Sur ce point, tous les spécialistes savent comment les algorithmes facebook fonctionnent.  Il suffit de passer pour être comptabilisé.

Au-delà de ces “vues” fruits de la curiosité et du temps digital des sénégalais et non l’intérêt que suscite Sonko, il existe un fait édifiant : l’impossible réconciliation entre le nombre de vues capitalisé et le nombre de manifestants capitalisé le lendemain.

Sonko est devenu un Chef de l’opposition assigné à résidence au regard du danger qu’il représente lui et son parti. Des milliers de vues, mais moins de 100 manifestants. Des milliers de commentaires, mais moins de 100 militants qui répondent présents.

Des discours de lion à l’annonce, des négociations de chat le jour-j. Des menaces enregistrées et corrigées lors des Lives, des comportements de laquais devant les forces de défense et de sécurité. Il se casse les nénettes pour que son enfant aille à l’école après avoir appelé les enfants d’autrui à occuper la rue.

Un Chef de l’opposition lamentablement défié et embastillé chez lui ! Une prison nouvelle de Cité Keur Gorgui aménagé et construit sous le régime de celui qu’il a voulu fusiller ? Une nouvelle façon d’incarcérer ?
Le fameux «
Gatsa-Gatsa » est-il toujours d’actualité ? Tout porte à croire qu’il peut désormais être rangé aux calendes grecques…

→ A LIRE AUSSI : Ousmane Sonko persiste: « Celui qui nous a aspergé ce liquide est… »

→ A LIRE AUSSI : (Vidéo) Suivez la déclaration de Ousmane Sonko

→ A LIRE AUSSI : Politique : Vent de rébellion chez Ousmane Sonko

pub