Edito : FRAPP France–Dégage ou PASTEF/Les Patriotes : A quel GMS se fier ?

guy maruis et ousmane

Edito : FRAPP France–Dégage ou PASTEF/Les Patriotes : A quel GMS se fier ?

Vautré dans ses draps d’une blancheur candide, tel un parangon de la vertu, Guy Marius SAGNA s’est fait une place dans le landerneau de l’activisme sénégalais, à coups d’engagements quasi-publicitaires. L’excès de zèle en bandoulière, le leadeur du mouvement FRAPP France–Dégage (Front pour une Révolution Anti-impérialiste Populaire et Panafricaine), est dépeint comme “l’homme au plus grand nombre de mandats de dépôt du pays“.

Toutefois, s’il y’a aujourd’hui un constat qui ne souffre d’aucune contestation, c’est que son engagement aux côtés d’Ousmane SONKO, leadeur du PASTEF éclipse largement sa casquette d’acteur de la société civile, au point que certains se demandent s’il demeure encore ancré solidement dans cette entité ou s’est tout simplement reconverti en politicien encagoulé, sous les couleurs des Patriotes.

Entre FRAPP France-Dégage et PASTEF/Les Patriotes, activisme et politique ne font pas assurément bon ménage ? Au regard de ce mélange de genre qui foule aux pieds la nécessité de clarifier les rôles des uns et des autres dans une société normée, force est de reconnaitre qu’il est difficile de savoir à quel Guy Marius SAGNA se fier ? Il n’échappera d’ailleurs à personne que la société civile a ses exigences du fait de ses caractéristiques particulières.

Telle que théorisée par Gramci, elle apparaît comme un groupe de pression plutôt conservateur et dont l’objectif n’est nullement la conquête du pouvoir.  Il va alors sans dire que la candidature de Guy Marius SAGNA aux dernières législatives nage à contre-courant de cette logique orthodoxe.

De tous les combats pour le peuple ou pour soi ?

Habitué à l’activisme à outrance et aux interventions super médiatisées parfois sur fond de populisme, Guy Marius SAGNA se réclame militant de la “Gauche anti-impérialiste et panafricaine“.  L’Homme a battu les records de séjour à l’hôtel “00 étoile“ dans les MAC sénégalaises (Maisons d’Arrêt & de Correction). Originaire de la capitale du Sud (Ziguinchor), élevé dans les quartiers populaires de l’ancienne métropole, Dakar, des manifestations ou des sit–in lui ont valu de nombreuses gardes–à–vue. En 2011 et 2012, il milite au sein du Mouvement du 23 Juin (“M23“), qui alimente la fronde contre le troisième mandat de Me Abdoulaye WADE. Dans la foulée, il assurait se battre pour de nombreuses causes : la “Souveraineté économique du SÉNÉGAL et de l’Afrique face aux puissances étrangères“, “l’abolition du franc CFA“, “la fin des opérations militaires occidentales sur le Continent noir“, “l’égalité homme/femme“…

Paradoxalement, invoquant un attrait pour « la gestion des affaires de la cité », il a aussi un pied dans la sphère politique. Ancien militant du Rassemblement des Travailleurs africains/SÉNÉGAL (RTA/S), il a dirigé la campagne de la coalition “Ndawi Askan Wi“ d’Ousmane SONKO, avec lequel il partage les mêmes idéaux « souverainistes », aux Législatives de 2017. Et durant son incarcération à la prison de Reubeuss, il a pu croiser Khalifa Ababacar SALL, l’ancien maire socialiste de Dakar, auquel il a exprimé “ tout son soutien “. Seulement, le problème crucial qui se pose, est de savoir où se dressent les limites entre l’activisme et la politique dans la posture de Guy Marius SAGNA ?

 Activiste ou politicien encagoulé : que faut-il retenir de GMS ?

En démocratie, les ennemis de la Société civile ne sont pas ceux qui l’oppriment mais ceux qui la souillent ! Même si le leader du PASTEF/Les Patriotes, Ousmane SONKO, est sous contrôle judiciaire, tous les jours, il se dessine de plus en plus, un ancrage total et irréversible de Guy Marius SAGNA dans le Landerneau politique sénégalais, sous les couleurs des Patriotes.

D’une lumière quelque peu tamisée, le combat que mène Guy Marius SAGNA semble peu désintéressé.  Son rôle de grand manitou dans la Société civile ne semble pas lui déplaire, d’autant qu’il eut à trainer une bagnole toute neuve que lui avaient offerte ces fans et ces affichionnatestes qui se retrouvent dans son combat.

De fraîche date, dans leur rêve les plus fous d’ailleurs, certains militants de PASTEF/Les Patriotes pensent que Guy Marius SAGNA serait un bon second pour Ousmane SONKO, une sorte de “plan B“, capable de tirer la locomotive du PASTEF, compte tenu des déboires judiciaires du leadeur du PASTEF/Les Patriotes. D’aucuns pensent même que si Guy Marius SAGNA voulait bien un peu céder son fauteuil indéboulonnable de grand responsable que la Société civile, il pourrait peut–être faire une petite incursion dans le Parti de son ami SONKO, tant le courant passe.  Bref, entre le GMS activiste et celui politicien, il ne semble y avoir qu’un pas.

De ce fait, bien avant d’accéder à son poste d’Honorable–député, Guy Marius SAGNA donne l’image d’un politicien encagoulé pour beaucoup. En d’autres termes, ce dernier se taille un costume d’activiste au service exclusif des “sans voix“, assorti d’un ornement à la couleur politique. Par éthique, l’homme gagnerait alors à clarifier sa posture. Si tel n’est pas le cas, il ne faudrait guère s’étonner qu’à l’avenir mille et un activistes apparaissent dans le jeu politique comme Sire Hyène vêtue d’une peau de chèvre…

 

 

 

→ A LIRE AUSSI : Appel à la résistance de Sonko: Pape Mahawa Diouf répond au Pastef « Nous, militants de la coalition BBY, nous serons debout sur le terrain pour… »

→ A LIRE AUSSI : Rentrée des Cours et Tribunaux :Macky Sall annonce un programme de construction d’infrastructures judiciaires de 250 milliards de francs CFA

→ A LIRE AUSSI : “Rassemblent–record“ de SONKO à Keur Massar : Le “tweet–surprise“ d’Amir Nourdine ELBACHIR à Macky qui fait polémique