Détention de PAN : « Pape Alé NIANG aura des séquelles à sa sortie de prison, le pouvoir veut le tuer à petit feu… », Guy Marius SAGNA

guyMS

La Coordination des Associations de Presse (CAP) en rajoute une couche à la pression, déjà palpable, dans le cadre de la lutte pour la libération du journaliste Pape Alé NIANG, en grève de la faim depuis le 20 Décembre dernier et interné à l’hôpital “Principal“ de Dakar, à cause d’un “état critique“. Ce mercredi 04 Janvier 2023, un 3ème “Conseil des médias “ a été organisé dans les locaux de la Maison de la Presse “Babacar TOURÉ“.

 

Présent à la rencontre et ayant droit au chapitre des réactions, l’Honorable–député Guy Marius SAGNA a laissé entendre que « le plan en cours de l’État du SÉNÉGAL n’est pas d’assassiner le journaliste, mais de l’affaiblir de telle sorte qu’après sa sortie, il ne s’occupera que de sa santé ».

« Il faut savoir que le plan en cours de l’État du SÉNÉGAL n’est pas d’assassiner le journaliste Pape Alé NIANG. Et oui, Seydi GASSAMA a raison ! Parce que à la longue, ce qu’ils vont faire, ils vont le menotter et le perfuser. Le plan en cours c’est qu’il y ait des blessures graves et irréversibles. Nous devons refuser cela ! J’ai fait une dizaine de jours de grève de la faim au Camp pénal. La grève de la faim et je vous le dis c’est dur ! Et moi, je suis d’une constitution physique beaucoup plus solide que celle de Pape Alé NIANG. Il ne pourra pas résister longtemps. Il aura des séquelles à sa sortie », a tenu à prévenir le leadeur de FRAPP–France Dégage, Guy Marius SAGNA.

 

Afin que la lutte pour la libération du journaliste d’investigations soit intensifiée, l’Honorable Guy Marius SAGNA invite les populations à la manifestation du samedi prochain à partir de 9 heures devant l’hôpital “Principal“ de Dakar.

→ A LIRE AUSSI : Affaire Pape Alé : La demande ferme de Mary Lawlor de l’ONU

→ A LIRE AUSSI : “RSF“ insiste pour faire acter “ la libération immédiate “ de Pape Alé NIANG

→ A LIRE AUSSI : La Rapporteuse spéciale sur la situation des défenseurs des Droits de l’homme évoque la cas de PAN