5ans après son rappel en Dieu : Cheikh Sidy Al-Moukhtar Mbacké, le soufi…

arton29063

Serigne Sidy Al-Moukhtar Mbacké, 7ème Khalife Général des mourides, a tiré sa révérence dans la nuit du 9 au 10 janvier 2018, après 8 ans de khalifat. Il aurait eu 99 ans cette année.

 

Serigne Sidy Al-Moukhtar Mbacké a tiré sa révérence à l’âge de 94 ans. Deuxième petit-fils de Cheikh Ahmadou Bamba à accéder au titre de Khalife Général des mourides, le 1er juillet 2010 après le rappel à Dieu de son cousin Serigne Mouhamadou Lamine Bara Mbacké et réputé grand soufi, Serigne Sidy Al-Moukhtar a, à son actif, la poursuite et l’achèvement des travaux de la construction de la Grande Mosquée « Massalikoul Jinaan » de Dakar pour un coût d’environ 30 milliards de francs CFA. De même, il convient de mettre à son actif l’embellissement de la Mosquée de Touba, avec la construction de 2 minarets d’un coût de 5 milliards de francs CFA et une contribution d’un milliard pour lutter contre les inondations à Touba et dans le reste du pays.

Assoiffé de savoir, l’homme de Gouye Mbind a fait construire beaucoup de daaras modernes et de postes de santé. Pacifiste, unificateur, rassembleur, travailleur, les qualificatifs ne manquaient pas pour qualifier le fils de Sokhna Maty Lèye, qui a contribué pour beaucoup au rayonnement de la confrérie mouride. Véridique, il n’hésitait pas à rappeler les fidèles à leur devoir envers la communauté. Prêcheur de bonnes paroles, négociateur infatigable (avec la longue grève des enseignants en 2016), Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké était un esprit très enraciné et ouvert. La reconnaissance était aussi un des traits de caractère du second petit-fils de Bamba. C’est l’une des raisons qui explique son attachement à Mbacké Cadior, son village natal, mais aussi Keur N’ganna, Ndindy et Tawfèkh où il vivait en réclusion temporelle et cultivait ses champs.

Alors qu’il n’était âgé que de 23 ans, il avait construit sa maison à Keur N’ganna, un village situé dans la commune de Gade-Escale, arrondissement de Ndindy, département de Diourbel, en 1948. Dans ce patelin, situé à mi-chemin entre le Cayor et le Baol, le Khalife Général des mourides avait tracé les sillons de la prospérité. Ousmane Diop un de ses proches explique : « Grâce à lui, le village dispose d’eau courante et d’électricité. Il était très généreux, très simple et réservé. Ces caractéristiques du marabout renvoient au signe astrologique de tous les natifs de la dernière décade du mois d’octobre. Ils sont recroquevillés sur eux-mêmes, généreux, avares en paroles et fermes. » Cette fermeté lui est reconnue.

Réservé, équidistant des coteries et des chapelles politiques, Serigne Cheikh Maty Lèye avait envoyé à la Mecque des milliers de personnes, accomplissant ainsi le vœu de son papa, qui n’a pu accomplir ce cinquième pilier de l’Islam. « Ses traits de caractère sont presque ceux de Serigne Saliou. Il avait construit une maison à hauteur de 80 millions FCFA et en a fait don à son père. Ce qui veut dire, confiait son porte-parole Cheikh Thioro Bassirou Mbacké, que quiconque sera Khalife de la famille de Serigne Mouhamadou Lamine Bara Mbacké trouvera en cette demeure un lieu de résidence », dit-il.

→ A LIRE AUSSI : Suite à l’accident de Kaffrine : Un conseil interministériel peut en cacher un autre

→ A LIRE AUSSI : Accident de la route : 519 morts en 8 mois au Sénégal

→ A LIRE AUSSI : Essence, gasoil et électricité : Les prix en hausse…